JE M'INSPIRE

Articles, interviews et portraits d'acteurs publics inspirants

« Le secteur public est innovant mais il a un problème d’image. »

Côme Berbain est directeur de l’innovation du groupe RATP. Nous sommes allés à sa rencontre pour vous faire découvrir son parcours et sa vision du service public.

.

SES MISSIONS AU COEUR DU SECTEUR PUBLIC

.

🔑 Les moments clés de votre parcours  ? 

D’abord il y a ma soutenance de thèse. Avec le soutien mixte d’Orange et de l’Ecole Normale Supérieure, j’ai réalisé une thèse sur la cryptographie et la sécurité informatique de l’information. Soutenir et présenter ce travail a été un moment très gratifiant. Aujourd’hui, la cryptographie est un pilier phare de la stratégie de l’Etat en matière de cybersécurité.

La deuxième étape structurante c’est lorsque j’ai décidé de passer les concours de la fonction publique. C’est un moment charnière car le concours demande un investissement conséquent pour un nombre de places très réduit.

Enfin, je citerai mon passage en cabinet ministériel au sein du Secrétaire d’Etat chargé du numérique. C’est une expérience unique qui offre l’opportunité de faire bouger les lignes de l’action publique au niveau national et européen.

🔎 Vos missions actuelles ?

Je suis convaincu que le numérique n’est pas une fin en soi mais un extraordinaire outil de transformation quand il est rendu opérationnel au service d’une cause. Après mon expérience en cabinet, j’ai souhaité mettre mes compétences à profit. Assez vite je me suis tourné vers le secteur des mobilités et vers le groupe RATP… qui est une entreprise publique !

Je suis convaincu que le numérique n’est pas une fin en soi mais un extraordinaire outil de transformation quand il est rendu opérationnel au service d’une cause.

Aujourd’hui, je suis directeur de l’innovation du groupe RATP et mes missions consistent à décupler, structurer et valoriser l’innovation présente dans le groupe et à en produire une partie (mobilité autonome, intelligence artificielle, robotique). Une grande partie de mon métier consiste à inventer le futur des villes : des problématiques de récupération d’énergie à l’optimisation de l’espace public, en passant par les taxis volants.

💪 Les qualités indispensables dans votre job ?

Il y en a trois principales : la créativité, la ténacité et la diplomatie. La créativité car la matière le nécessite : pour faire un produit innovant, il faut être créatif. Mais c’est vrai aussi pour l’organisation et la méthode : pour être innovant, il faut être créatif dans sa manière de travailler. 

Pour être innovant, il faut être créatif dans sa manière de travailler.

La ténacité est indispensable : il ne faut rien lâcher, contourner les obstacles et continuer d’avancer. Enfin, la diplomatie car il faut une bonne dose de capacité à négocier pour embarquer un écosystème avec soi.

 🚀 Un projet dont vous êtes fier ?

Un projet marquant a été la transposition en droit français du RGPD, relatif à la protection des données personnelles en 2017, au sein du Secrétaire d’Etat chargé du numérique. A ce moment-là, les administrations ne pouvaient pas prendre de décisions sur la seule base d’un algorithme. C’était une situation paradoxale, car dans les faits, quand vous recevez une contravention à partir d’un radar automatique, n’imaginez pas que ce travail est réalisé par des humains, avec des papiers et des crayons. On demandait aux administrations de se moderniser dans un environnement plein d’interdits. 

Le RGPD nous a offert une possibilité juridique de lever ce verrou et de poser des conditions sur les types d’algorithmes et sur les champs d’application et des garanties nouvelles pour les citoyens à titre d‘exemple, nous avons exclu la Justice et défendu l’idée qu’une décision de justice ne devrait jamais pouvoir être prise sur la base d’un algorithme.

.

SA VISION DU SERVICE PUBLIC

.

💫 Ce qui vous a poussé à rejoindre le secteur public ?

Le secteur public, c’est interagir avec le quotidien des gens. D’ailleurs ce sont les agents publics, infirmières, éboueurs, conducteurs de bus et de métro, qui se sont trouvés en première ou seconde ligne pendant la crise. C’est également garder en fil rouge le sens de l’intérêt général. Ce qui anime les collaborateurs du groupe RATP c’est de créer des services accessibles pour tous.

💪 Comment impulser une dynamique d’innovation ?

Les administrations publiques sont innovantes mais elles ne le montrent pas suffisamment. Alors que, paradoxalement, il y a des entreprises privées où beaucoup de communication est faite sur une innovation qui finalement, n’est pas toujours aussi présente qu’annoncée. Quand vous allez sur le terrain il y des gens qui expérimentent et qui inventent partout.

Le vrai sujet dans les administrations centrales c’est la difficulté du passage à l’échelle, c’est le fait de réussir à déployer massivement et d’orienter l’innovation vers les solutions qui ont le maximum d’impact.

Le vrai sujet dans les administrations centrales c’est la difficulté du passage à l’échelle, c’est le fait de réussir à déployer massivement et d’orienter l’innovation vers les solutions qui ont le maximum d’impact. Pour la RATP c’est un peu différent, car l’organisation a déjà une capacité à industrialiser et la valorisation de l’innovation est un réflexe plus ancré dans notre l’ADN.

🎯 Les grands enjeux de demain ?

Les deux grandes transformations sont la transition climatique et énergétique et la transformation numérique. L’objet qui cristallise le mieux ces deux transitions, c’est la ville. La ville est un creuset : en fonction de comment sont construites les villes, nos modes de vie sont modifiés. Si vous déployez des pistes cyclables, les gens se mettent à faire du vélo. Il y a une interaction très forte entre la forme des villes et la vie des gens, l’un fabrique l’autre et inversement.

Savoir travailler en écosystème avec les citoyens, les acteurs publics et les opérateurs privés c’est la clef de la réussite pour faire face aux défis qui sont devant nous.

D’où la nécessité d’encourager la co-conception et la co-innovation. Savoir travailler en écosystème avec les citoyens, les acteurs publics et les opérateurs privés, c’est la clef de la réussite pour faire face aux défis qui sont devant nous.

☁️ L’innovation publique dont vous rêvez ?

Mon innovation rêvée est collaborative, ouverte sur un écosystème. Elle est encouragée et célébrée dans les échecs. Être capable de se réjouir parce qu’on s’est trompé, c’est comprendre qu’on a appris quelque chose et que du coup on pourra faire mieux demain. Enfin, elle se construit dans une symétrie de l’attention : elle existe autant pour les citoyens que pour les agents publics.

.

SES CONSEILS & INSPIRATIONS

 .

📚  Le livre que vous recommandez ?

“Écotopia”, un roman d’Ernest Callenbach. Il s’agit d’une utopie écologiste futuriste qui explore de nouvelles manières de se nourrir, d’habiter, de se déplacer… C’est assez bluffant, car on y trouve des exemples inspirants de véhicules électriques, de trains 2.0… alors que le livre a été écrit en 1975.

💫  La citation qui vous inspire ?

Aussitôt qu’on nous montre quelque chose d’ancien dans une innovation, nous sommes apaisés.” de Friedrich Nietzsche. Souvent quand on innove on pense qu’il faut faire différemment “pour faire différemment”. Mais c’est souvent dans une adéquation entre le passé et l’avenir que naissent les innovations qui fonctionnent.

💡 Un bon conseil ? 

Il faut trouver les bons problèmes pour pouvoir trouver les bonnes solutions. Et les solutions sont souvent sur le terrain.

Laissez un commentaire