JE M'INSPIRE

Articles, interviews et portraits d'acteurs publics inspirants

Marilyn Hesry : « Le manager doit créer les conditions de l’innovation.»

Marilyn Hesry est secrétaire générale adjointe de l’agence française de lutte contre le dopage.

Cette autorité publique indépendante née en 2006 met en œuvre l’ensemble des actions de lutte contre le dopage, de la prévention et des contrôles jusqu’au suivi des procédures disciplinaires en passant par la recherche. Elle est même dotée d’un laboratoire pour faire les analyses sur les prélèvements urinaires et sanguins réalisés sur les sportifs.

Dans cette agence, les Jeux Olympiques 2024 se préparent dès maintenant ! Arrivée en avril 2017, Marilyn Hesry ne cache pas que la perspective des Jeux Olympiques à Paris l’a beaucoup motivée à rejoindre l’agence. Nous sommes allés à sa rencontre pour vous faire découvrir son parcours et sa personnalité.

 .

 SON PARCOURS ET SON METIER .

 .

🔑 Les moments clefs de son parcours ? 

J’ai un parcours plutôt classique. Après avoir fait Sciences Po Bordeaux, j’ai passé les concours administratifs et je souhaitais particulièrement réussir celui d’administrateur territorial. A la sortie de l’Institut national des études territoriales (INET), j’ai commencé ma carrière comme directrice adjointe des finances à la Ville de Rouen. Assez rapidement, le Directeur général adjoint en charge des fonctions ressources m’a proposé de devenir son adjointe. Quand il est devenu Directeur général des services, j’ai repris son poste. Ayant envie de découvrir un autre univers, j’ai rejoint en avril dernier l’agence française de lutte contre le dopage sur un poste qui me permet de capitaliser sur mes compétences dans le secteur des ressources tout en étant plongée dans un nouvel écosystème au rayonnement national et international.

☝️ Ce qui l’a poussée à rejoindre le secteur public ? 

J’avais envie de m’engager, m’engager pour la vie locale, m’engager pour le bien commun. C’est cette notion d’engagement qui a prédominé chez moi.

💼  Sa conception de son métier ?

Aujourd’hui, je suis avant tout manageur. Je coordonne, sous l’autorité du secrétaire général, les actions et services de l’agence et en particulier l’ensemble des fonctions ressources.  Manager c’est à la fois être animateur, facilitateur et garant de la mise en œuvre de la stratégie.

 .

« Manager c’est à la fois être animateur, facilitateur et garant de la mise en œuvre de la stratégie. »

 . 

🔎  Les qualités indispensables pour son métier ?

Pour moi, le plus important, c’est la capacité d’adaptation, d’analyse de l’environnement, d’écoute et de dialogue. En arrivant à l’agence française de lutte contre le dopage, c’était un univers que je ne connaissais pas et qui était très différent de celui d’une collectivité territoriale. J’ai dû m’adapter très rapidement pour comprendre ce nouvel environnement.

🔮  Les enjeux à venir pour l’agence française de lutte contre le dopage ? 

Nous avons un enjeu majeur : celui de s’affirmer comme un acteur de référence et un partenaire actif dans la lutte contre le dopage tant sur le plan national, auprès du mouvement sportif, que sur le plan international auprès de l’Agence mondiale antidopage et des autres organisations antidopage. Et bien évidemment, nous devons y parvenir assez vite pour être prêts pour les Jeux Olympiques qui se tiendront à Paris en 2024.

💡 L’innovation qu’elle a impulsée ? 

L’Agence est en pleine transformation. C’est en faisant essaimer la culture de l’innovation que nous avons élaboré collectivement la nouvelle stratégie 2018-2020. Nous avons fait émerger les grandes ambitions de l’agence grâce à des ateliers en s’appuyant sur des méthodes de créativité.

 .

SA PERSONNALITE

 .

👉  Ses valeurs ?

Les valeurs qui me guident sont la loyauté et l’intégrité. C’est peut-être pour cela que je travaille à l’agence de lutte contre le dopage ! Ce sont deux valeurs assez proches. L’intégrité, par rapport à la loyauté, a un double sens : c’est à la fois être fidèle à ses propres engagements mais également être dénué de mauvaises intentions.

👀  Comment elle se définit ? 

Je suis persévérante, j’ai le goût du travail et de l’effort mais j’aime aussi la nouveauté et la créativité. J’ai d’ailleurs été formée aux méthodes de créativité afin d’animer des ateliers et faire émerger des solutions créatives. Je pourrais me définir comme une « facilitatrice » : j’accompagne, je créé les conditions pour trouver les meilleures solutions tout en étant garante du respect des règles.

📖  La phrase qui l’inspire le plus ?

J’aime beaucoup la phrase de Jean Cocteau : « Le tact dans l’audace c’est de savoir jusqu’où on peut aller trop loin ». Il est important d’avoir de l’audace pour impulser l’innovation et faire bouger les lignes tout en sachant ne pas dépasser les limites de l’inacceptable.

 .

« Il est important d’avoir de l’audace pour faire bouger les lignes. »

 . 

➡️  Ce qu’elle aurait fait, si elle n’avait pas travaillé dans le secteur public ?

Enfant, je n’ai jamais rêvé à un métier en particulier. Ce que je sais, c’est que je ne ferai probablement pas toute ma vie le même métier. Je suis une touche à tout et j’adore les challenges et l’innovation. Pourquoi ne pas créer un jour mon entreprise ?

🍰  Sa recette pour créer une dynamique d’innovation ? 

Ce qui est important dans une dynamique collective d’innovation, c’est que le manager créé les conditions de l’innovation tout en gardant le cap sur les intentions recherchées. C’est un subtil travail d’équilibriste.

 

 .

 

Laissez un commentaire