Je m'inspire

Articles, interviews et portraits d'acteurs publics inspirants

Rencontre avec Jean-Baptiste Baudat, Magistrat administratif et co-fondateur de l’association Vertus & Talents, engagée pour plus de diversité dans la haute fonction publique.

« Nous souhaitons plus de brassage social dans la haute fonction publique. »

Rencontre avec Jean-Baptiste Baudat, Magistrat administratif et co-fondateur de l’association Vertus & Talents, engagée pour plus de diversité dans la haute fonction publique.

.

VERTUS & TALENTS

.

⚡️ Vertus & Talents en quelques mots ? 

Le noyau dur de l’association s’est rencontré à l’Ecole Nationale d’Administration (ENA), une école où la reproduction sociale est très forte. Le manque de diversité s’y exprime tant du point de vue de l’origine sociale et du genre que de l’origine géographique des étudiants. 

Nous souhaitons aider l’ensemble des publics non-favorisés à oser les concours de la fonction publique. 

Pour impulser davantage de brassage social dans la haute fonction publique, nous nous sommes inspirés des initiatives existantes, telles que l’association “ENA 50-50” engagée en faveur de l’égalité femmes-hommes, en élargissant le périmètre d’action pour aider l’ensemble des publics non-favorisés à oser les concours administratifs.

⚙️ Les étapes clés ?

A la sortie de l’ENA, nous avons créé l’association “Vertus & Talents”  en constituant une petite équipe bénévole autour d’anciens élèves issus de tous les horizons de la fonction publique. Nous avons regroupé des lauréats des concours internes et externes, des agents publics d’État, des agents hospitaliers et des agents territoriaux pour constituer une équipe reflétant la diversité que nous souhaitions dans la fonction publique. 

Vertus & Talents” c’est principalement une page Facebook où nous faisons la  promotion des métiers de la fonction publique et où nous aidons les jeunes à la préparation des concours.

🎯 Le défi que vous vous êtes lancés ?

Encourager la diversité des profils dans la haute fonction publique. Il s’agit de démystifier les concours, de lutter contre les mécanismes d’auto-censure et d’aider les jeunes à davantage se faire confiance pour réussir.

💪 Les actions que vous menez ?

A travers notre page Facebook, nous diffusons une veille sur l’actualité du service public, nous faisons également la promotion de ses métiers. Nous organisons des visioconférences afin de livrer nos conseils aux étudiants souhaitant passer les concours administratifs. En partageant nos expériences, nous souhaitons casser l’image du concours “inaccessible” et démystifier celle du haut-fonctionnaire dans laquelle ils doivent pouvoir se projeter.

.

AU COEUR DE L’ASSOCIATION

.

🚀 Les obstacles à relever ?

Le premier frein, c’est le manque d’information. Souvent ce qui fait défaut aux étudiants issus des milieux non-favorisés, c’est de ne pas maîtriser les “codes implicites” des concours administratifs. Quand on ne vient pas des grandes écoles parisiennes, il faut apprendre ces codes. 

Souvent ce qui fait défaut aux étudiants issus des milieux non-favorisés, c’est de ne pas maîtriser les “codes implicites” des concours administratifs. 

La méthodologie, la structure d’une introduction ou encore la manière dont on cite un auteur sont autant de codes implicites qui peuvent être discriminants. Nous avons eu la chance d’apprendre ces règles, nous souhaitons aujourd’hui les partager au plus grand nombre.

💡 Les leviers d’action ?

Les récits d’expériences sont précieux. Les élèves les plus favorisés ont davantage de facilité à surmonter les échecs. Ils se disent qu’en travaillant ils finiront par y arriver, ils se font confiance. Surmonter un échec, quand on arrive à Paris et qu’on découvre pour la première fois les “codes implicites” des grandes écoles, peut se révéler plus décourageant. C’est particulièrement aidant d’écouter un énarque évoquer ses échecs, parler des difficultés rencontrées dans son parcours et expliquer quels ont été les leviers d’action qui lui ont permis de réussir. C’est important de casser les “mythes” et de décomplexer les discours pour permettre à tous les jeunes motivés de se dire “c’est possible”.

💫  Une réussite dont vous êtes fiers ?

Nous recevons beaucoup de messages et c’est particulièrement gratifiant de savoir que nos conseils ont pu aider certains étudiants à être admissibles aux concours. Nous sommes fiers à chaque fois que nous parvenons à casser les mécanismes d’auto-censure. Cela donne beaucoup de sens à nos convictions.

.

LEURS CONSEILS

.

⚡️ Un conseil pour ceux qui veulent passer les concours ?

Bien sûr, il faut travailler. Mais au-delà des manuels, il y a un principe cardinal : avoir la volonté de faire et croire en soi. Pour s’ouvrir les possibilités de réussite, il faut se faire confiance. En termes de méthodes, il faut imiter. Il est de bon ton de porter la tenue appropriée, d’adopter le style d’écriture adéquat et le langage non-verbal qui expriment que je sais dans quel espace social je me situe et ce que l’on attend de moi. Enfin, de manière très concrète, je conseille de lire les meilleures copies, avoisinant les 16 et 17 et celles qui sont des bonnes copies mais qui ont eu 12. C’est important de s’apercevoir qu’elles ne sont pas très éloignées. Le plus souvent, ce qui fait la différence c’est la rhétorique, la précision et la clarté des termes employés.

Pour convaincre, il faut apprendre à se faire confiance.

Si je veux montrer que je suis un économiste, je dois parler comme un économiste. Le premier élèment de discrimination, c’est la manière dont on s’exprime. Il faut comprendre ce “jeu de mot” et adopter les bons réflexes. Souvent, quand on vient de milieux non-favorisés on a tendance à s’excuser, à bégayer, à marquer des temps de silence… Là où d’autres font plus naturellement preuve d’aplomb et montrent leur capacité de rebond lorsqu’ils ne savent pas. Pour convaincre, il faut avoir confiance en soi.

👉 3 bonnes raisons de rejoindre le service public ?

La première, c’est le niveau de responsabilité. Très jeune, on peut accéder à des périmètres d’actions et des responsabilités inédites. Il y a très peu d’exemples équivalents dans le secteur privé.  

Le service public permet de mener mille et une vies.

Les carrières dans le service public permettent d’évoluer très rapidement, de toucher à des domaines très variés, sur des territoires très différents. C’est assez incroyable de savoir qu’on a la possibilité de ne jamais s’ennuyer. Enfin, il y a le sentiment d’être utile, plus que jamais nécessaire pour s’épanouir dans sa vie professionnelle.

Laissez un commentaire