JE M'INSPIRE

Articles, interviews et portraits d'acteurs publics inspirants

« Nous devons montrer qu’intégrer le secteur public c’est répondre à la quête de sens des jeunes. »

Mathilde ICARD, est directrice générale du Centre de gestion de la Fonction Publique Territoriale du Nord et présidente de l’Association nationale des DRH des grandes collectivités. Nous sommes allés à sa rencontre pour vous faire découvrir son parcours et sa vision du service public.

.

SON PARCOURS AU COEUR DU SECTEUR PUBLIC

.

🔑  Les moments clefs de votre parcours ?

Juriste en droit public de formation, j’ai ensuite obtenu le concours externe d’Administratrice territoriale, au sein de la première promotion à parité femmes/ hommes. D’où le nom de notre promotion : Olympe de Gouges. J’ai poursuivi ma route en collectivité territoriale. D’abord au sein de la communauté urbaine de Bordeaux, comme cheffe de projet où je travaillais notamment sur les enjeux numériques des fonctions Ressources Humaines, puis à la Région Poitou-Charentes, en tant que conseillère technique auprès du Directeur Général des Services puis Directrice des Ressources Humaines, avant de rejoindre le Centre National de la Fonction Publique Territoriale (CNFPT) sur des fonctions de directrice des finances et appui à l’organisation. J’ai ensuite rejoint la Ville de Lille en tant que directrice générale adjointe ressources humaines. Depuis mai 2019, je suis directrice générale du Centre de gestion de la fonction publique territoriale du Nord.

🔎  Vos missions ?

Le cœur de mes missions : anticiper les besoins, être en veille et observer les tendances afin de transformer l’action dans un secteur d’expertise, celui de l’accompagnement des collectivités notamment en matière de recrutement, de carrière et de prévention. En quelques mots, je pilote un établissement de mutualisation des fonctions ressources au service des collectivités. Ces centres, créés par les premières lois de décentralisation, sont d’une grande modernité car ils s’appuient sur la mutualisation pour ouvrir des perspectives aux petites collectivités, notamment en matière de construction d’outils pour les accompagner et développer des projets innovants.

 👉  Un projet dont vous êtes fière ?

Nous travaillons actuellement sur la prise en compte de la santé mentale dans les politiques RH. Il s’agit de la troisième pathologie la plus importante d’après l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Nous pilotons ce projet sous forme de recherche-action avec des chercheur.es psychologues, sociologues…Nous mettons en lien les acteurs  concernés : les collectivités, les organisations syndicales, les agent.es et l’écosystème des acteurs de la santé et de la recherche, afin qu’ils soient en mesure d’expérimenter et de développer des outils permettant de prévenir et de mieux accompagner les parcours. Notre objectif est de faire en sorte que les personnes touchées ne s’isolent pas et ne se retrouvent pas en désinsertion professionnelle. Nous partons aussi d’une hypothèse : le travail est ressource pour la santé. C’est d’autant plus important que les problèmes de santé mentale collent souvent une étiquette dont il est difficile de se défaire.  

Ce travail a commencé en 2019. Puis la crise est passée par-là montrant que l’altération de la santé mentale, qui correspond aux moments où nous ne sommes plus en capacité de gérer un stress intense, est un véritable enjeu de société et concerne tout le monde. 

.

SA VISION DU SERVICE PUBLIC

.

⚡️ Pourquoi le service public ? 

Si j’ai passé les concours de la fonction publique, ce n’est pas par hasard. C’est parce que j’étais, et que je suis toujours, particulièrement attachée à l’intérêt général. Le service public, c’est un choix. J’ai grandi en Espagne, où j’ai vu la force des territoires dans un modèle quasi fédéral. En France, j’ai toujours vécu hors de Paris et j’ai développé un fort attachement aux territoires. Choisir la fonction publique territoriale c’était choisir le secteur qui représentait le mieux leur force et leur vitalité. Mais ma carrière est loin d’être terminée, et j’aimerais, dans quelques années, activer la mobilité entre Fonctions publiques : croiser les regards, mettre à profit mon expérience au service de l’Etat ou de l’Hospitalière et revenir dans la territoriale enrichie ! 

🚀 Quels sont ses atouts ?

J’ai la chance et le plaisir d’être également présidente de l’Association nationale des DRH des grandes collectivités. Au sein de l’association nous avons lancé des sondages sur le sujet de l’attractivité et nous avons pu voir qu’il y a un attachement fort des français aux agents travaillant dans les collectivités territoriales mais une grande méconnaissance de la palette de ces métiers.  

Notre enjeu : faire connaître ses missions et valoriser ses atouts. A mon sens, le plus grand atout de la fonction publique territoriale, c’est son agilité, sa souplesse et sa capacité à répondre rapidement à des problèmes émergents. Quand on rentre dans la fonction publique territoriale, notre métier ne peut qu’évoluer. Cette dynamique et le sens de nos missions sont des atouts très forts.

☁️ Les grands enjeux RH de demain ?

L’attractivité de la fonction publique est un enjeu essentiel. C’est un enjeu de communication et de valorisation des métiers. D’autant plus que le secteur public fait face à une désaffection grandissante de la part des jeunes. Nous devons montrer qu’intégrer le secteur public c’est répondre à leur quête de sens.  

Alors que la mobilité constitue l’un des principaux atouts de la fonction publique, elle est encore trop peu exploitée par les collaborateurs et collaboratrices.

La mobilité est également un enjeu important. Alors qu’elle constitue l’un des principaux atouts de la fonction publique, elle est encore trop peu exploitée par les collaborateurs et collaboratrices. Il faut continuer le travail mené pour leur permettre de mieux connaître les opportunités de postes. Il faut qu’ils aient accès aux bonnes informations, à l’échelle de leurs bassins de vie.  

Et un dernier enjeu clef : la prévention. Il y a de nombreux métiers exposés au sein de la fonction publique, des métiers d’engagement, qui, si on n’y prend pas garde peuvent être des métiers qui abîment. Il y a encore beaucoup à faire et ce travail est incontournable. Nous avons fait, en ce sens, des propositions concrètes dans le cadre du plan santé au travail dans la fonction publique. 

.

SES INSPIRATIONS

 .

💫 Une phrase inspirante ?

Nous sommes plongés dans une crise durant laquelle on s’interroge beaucoup sur le sens des choses, avec parfois le sentiment que les choses nous échappent. Ces remises en question sont valables dans de nombreux de domaines : les RH, le management, l’organisation du travail… 

C’est à nous d’inventer le sens du service public de demain. 

Dans le livre d’Alice au pays des merveilles, elle dit à un moment “Si le monde n’a absolument aucun sens, qui nous empêche d’en inventer un ?” J’aime cette idée, car c’est à nous d’inventer le sens du service public de demain. Je crois sincèrement à son potentiel.

💚 Une lecture à recommander ?

S’il faut n’en retenir qu’une, je recommande “Une chambre à soi” de Virginia Woolf. Profondément engagé pour les droits des femmes, cet ouvrage montre la nécessité d’avoir un lieu à soi pour penser, travailler et créer. Il montre qu’on ne peut pas mettre de verrou sur la liberté de penser. C’est un livre qui m’inspire beaucoup.  

👉 Un meilleur conseil ?

Souvent les personnes qui m’inspirent sont des personnalités alignées avec leurs valeurs. Un conseil à retenir serait celui-là : être en phase avec soi-même, au clair avec son éthique. C’est comme ça que l’on peut prendre les bonnes décisions. C’est le plus important.  

.

Laissez un commentaire