JE M'INSPIRE

Articles, interviews et portraits d'acteurs publics inspirants

« Je défends le droit de développer une communication clivante. »

 .

Marc Thébault est responsable de la Mission attractivité de la communauté urbaine Caen la mer. Passionné de communication publique et de marketing territorial, il nous présente son parcours, sa personnalité et son métier.

 .

 SON PARCOURS ET SON METIER

 .

🔑 Les moments clefs de son parcours ? 

J’ai commencé ma carrière dans l’animation socio-culturelle. Dans ce métier, je travaillais beaucoup en lien avec les collectivités territoriales. Puis, passionné de communication, j’ai eu envie de travailler en agence et tout naturellement, mes premiers clients étaient des collectivités. La Ville d’Issy-les-Moulineaux m’a ensuite proposé de rejoindre sa société d’économie mixte (SEM) Issy-Média. C’est une des seules collectivités à avoir crée à cette époque une SEM pour sa communication. En 1998, j’ai eu l’opportunité de rejoindre la ville de Saint-Etienne comme Directeur de la Communication puis la métropole pour développer leur marketing territorial. Et depuis 2005, je travaille pour la communauté urbaine Caen la mer.

☝️ Ce qui l’a poussé à rejoindre le secteur public ? 

J’ai toujours côtoyé les collectivités territoriales dans mes premières missions que ce soit dans l’animation socio-culturelle ou en agence de communication. J’ai ensuite eu l’opportunité d’en rejoindre pour développer leur communication et leur marketing territorial.

💼 Sa conception de son métier ?

On a souvent l’impression que le métier de communicant consiste à faire de la promotion (affichage, relations presse, etc.). Mais bien en amont, il faut créer un lien avec ses cibles et entretenir ce lien. La communication est un processus à étape, qui demande du temps. Dans la communication, en tant qu’institution, j’ai toujours eu l’intime conviction qu’il fallait faire comme si on était dans un dialogue ; je cherche toujours à m’inspirer plus des théories de la communication interpersonnelle que des techniques de la réclame.

🔎 Les qualités indispensables pour son métier ?

La plus grande des qualités d’un bon communicant est sa capacité d’écoute. Il faut savoir bien comprendre une demande pour pouvoir en retraduire l’objectif. En effet, la commande est biaisée par différents facteurs et comprend souvent en elle-même une proposition d’outil de communication : newsletter, vidéo, communiqué de presse etc. Or il ne faut pas penser « outil de communication » en premier mais décrypter l’objectif pour choisir en fonction de la stratégie le ou les supports adaptés.

 .

« Il ne faut pas penser « outil de communication » en premier mais décrypter l’objectif pour choisir en fonction de la stratégie le ou les supports adaptés. »

 . 

🔮 Les enjeux à venir pour le positionnement de Caen la mer en marketing territorial? 

Notre premier enjeu est son repositionnement géographique. On a tendance à imaginer le territoire caennais plus dans les terres qu’il ne l’est. Or, c’est un territoire maritime avant tout, car il est tourné vers la mer avec son port, son bassin de plaisance etc. D’où l’idée, de dénommer l’intercommunalité « Caen la mer ».

Notre deuxième enjeu est de lui redonner une image moderne et dynamique. Dans l’imaginaire collectif, on pense tout de suite aux images de cartes postales attachées à la région : les maisons normandes à colombages, les chevaux, les pommiers, etc. C’est, certes, sympathique mais cela ne renvoie pas à une dynamique de modernité. Caen, c’est aussi un pôle de la French Tech. C’est ici que le système de reconnaissance faciale de l’Iphone a été développé par l’entreprise Eldim. Ce n’est pas qu’un territoire rural. Nous avons aussi le 2ème site mondial de Renault Trucks pour la fabrication de cabines de camions.

Notre troisième enjeu est de profiter de l’engouement autour du tourisme mémoriel pour faire de Caen un territoire attaché à des valeurs essentielles pour la société actuelle et celle de demain, comme la Paix, les droits de l’homme et la liberté. C’est cette liberté qui a d’ailleurs été gagnée ici avec le débarquement lors de la Seconde Guerre Mondiale. Et comme nous connaissons plus que d’autres le prix de la paix et de la liberté, nous sommes conscients de la responsabilité que nous avons pour dessiner une nouvelle société.

💡L’innovation qu’il a impulsée ? 

Caen a beaucoup été en avance sur le numérique. Pour faire découvrir le territoire, on a développé dès 2011 des serious games qui ont d’ailleurs été primés. Par ailleurs, c’est à Caen que la technologie sans contact (NFC), notamment utilisée pour les systèmes de paiement aujourd’hui, est née.

 . 

SA PERSONNALITE

 . 

👀 Comment il se définit ? 

Je suis un communicant : la communication puis le marketing territorial m’ont toujours passionné. Aujourd’hui, la communication dans le secteur public s’est beaucoup professionnalisée. Mais ça n’était pas le cas auparavant. Au début de ma carrière, ce qui m’intéressait particulièrement, c’était d’essayer de combler l’écart qui existait avec la communication développée par le secteur privé.

➡️ Les valeurs qu’il porte ? 

Je dirai le droit d’être clivant. Dans le secteur public, je défends le droit de développer une communication engagée. On n’est pas toujours obligé d’être dans une approche consensuelle. Ce n’est pas parce qu’on est dans le secteur public, qu’on ne peut pas être clivant et développer une communication originale.

 .

« Ce n’est pas parce qu’on est dans le secteur public, qu’on ne peut pas être clivant et développer une communication originale. »

 . 

📖 La phrase qui l’inspire le plus ?

J’aime beaucoup la conception d’Hannah Arendt dans laquelle la politique naît de l’espace entre les hommes. Je trouve qu’elle retranscrit bien notre métier. En communication publique, nous sommes au service du politique. Notre métier n’est pas de remplir cet espace mais de préparer le terrain pour les élus.

👉 Ce qu’il aurait fait, s’il n’avait pas travaillé dans le secteur public ?

J’aurais sans doute travaillé dans une direction de la communication en entreprise ou dans la publicité.

📢 Le meilleur conseil qu’on lui ait donné dans sa carrière ?

On m’a toujours dit qu’une des qualités du communicant c’est de savoir se taire. Je trouve cela assez juste car il faut beaucoup d’empathie et d’écoute pour ce métier. D’ailleurs, pour choisir un bon ou une bonne directrice de la communication, on m’a un jour raconté cette parabole en guide de conseil : « pour ne pas avoir de mauvaise surprise, il faut lui demander l’heure ». On distingue alors plusieurs types de candidats : celui qui répond qu’il n’a pas de montre ; celui qui donne l’heure précise ; celui qui nous laisse choisir l’heure qui nous convient et enfin celui qui questionne ainsi : « mais pourquoi avez-vous besoin de savoir l’heure ? ». C’est cette dernière réponse qui est la plus intéressante ! En effet, un bon communicant a toujours besoin d’interroger de nouveau la commande pour en comprendre l’objectif.

 .