JE M'INSPIRE

Articles, interviews et portraits d'acteurs publics inspirants

« L’innovation publique doit construire un imaginaire commun en phase avec les réalités et les énergies de terrain. »

L’action publique se réinvente et introduit des démarches d’innovation « par le design » associant collaborateurs, citoyens, chercheurs et étudiants. Dans cette dynamique, émergent de nouvelles compétences et de nouveaux métiers. C’est la raison d’être du cursus « Strate Action Sociale » proposé par l’école de design Strate. Parce que le design se fait sur le terrain, cette formation aux métiers de l’innovation sociale permet aux étudiants de collaborer avec des collectivités locales. Nous sommes donc allées à la rencontre de Laure Ancel, responsable du programme.

.

DESIGN D’INTERET GENERAL

.

📢 Le pitch ?

Le « SAS » Strate Action Sociale, est un programme de 6 mois qui permet aux étudiants d’explorer les problématiques liées aux politiques publiques en s’immergeant au sein d’une collectivité locale. La formation se base sur les méthodologies du « design » pour co-construire, avec tous les acteurs locaux des projets frugaux et circulaires ancrés sur des réalités de terrain et répondant aux besoins réels des administrations et des territoires. 

Le programme est accessible à tous. Il sensibilise les plus expérimentés aux enjeux sociaux du design et forme les plus novices aux méthodologies du design en leur faisant adopter des postures créatives. Ils réalisent pour cela des projets pro-bono (bénévoles) pour la collectivité qui les accueille, et des projets sur des problématiques RSE d’entreprises partenaires. Ils rencontrent des professionnels du design et de l’innovation sociale au cours de masterclass. Les 12 candidats retenus dans chaque promotion sont appelés des « Acteur(e)s ».

💪 La défi à relever?

Le principal défi de ces « Acteur(e)s » est de concilier leur dessein de designer, ce qu’ils veulent produire/activer, avec les réalités et les énergies de terrain. Dans le sas, l’objectif étant d’élaborer un projet répondant à une problématique locale. 

Il faut construire un imaginaire commun, rester innovant et savoir tenir compte des contraintes, pour apporter des réponses adaptées. 

Pour cela, il faut savoir écouter et comprendre les problématiques de parties-prenantes très différentes. Il faut les accompagner pour construire un imaginaire commun, rester innovant et savoir tenir compte des contraintes pour apporter des réponses adaptées.

👊 Votre méthode  ?

Elle se déroule en 8 temps. Il y a d’abord la rentrée où les « Acteur(e)s » découvrent la collectivité, les thèmes de travail qu’elle propose, et leurs futurs parrains/marraines. Ensuite, les enquêtes de terrain, où ils repèrent des situations interpellantes puis établissent un diagnostic. Des équipes de 3 personnes doivent être constituées, avec au moins 1 désigner dans chacune d’elles. Ensemble, ils définissent une problématique et constituent un groupe projet intégrant des acteurs locaux (associations, habitants…). Leur objectif est de proposer un projet idéal qu’ils devront par la suite confronter aux contraintes de terrain. Pour cela, ils réalisent des tests in-situ afin d’obtenir des retours de la part des usagers. Après avoir tiré les enseignements de cette expérimentation, c’est l’heure de la présentation des projets finaux Chaque groupe réalise un retour d’expériences et présente la méthodologie prévue pour le déploiement de sa solution. Enfin, le dernier temps fort est celui de la passation des projets à la promotion suivante. Celle-ci est chargée de pérenniser les projets en s’investissant dans leurs déploiements. Le projet pro-bono des uns devient le projet bénévole des autres et ainsi de suite.

.

AU COEUR DU PROJET

.

🎯 Les compétences à mobiliser ?

Les compétences à mobiliser sont aussi nombreuses et variées que les personnes constituant les équipes. De manière non exhaustive, il est essentiel d’être engagé, proactif, autonome, diplomate, d’avoir une posture éthique, créative, une sensibilité au design, une pensée critique, systémique, de savoir s’adapter, analyser, défendre un point de vue et de savoir travailler en équipe … Bien entendu, ces compétences se développent pendant le cursus.

⚡️ Une réussite marquante ?

L’un des projets les plus aboutis et qui révèle l’incroyable synergie de ses acteurs est le projet « Résonance » de Christine Peres et d’Hélène Pinneau. Elles ont passé du temps sur le terrain pour rencontrer les habitants, mener des interviews et tester leurs idées en animant des ateliers. Il en est ressorti une boîte à outils qui permet de mobiliser les habitants, de faire naître des projets et de débloquer les imaginaires. Cela a permis de réconcilier deux quartiers très différents et de défaire leurs préjugés respectifs.

🪓 Une embûche ?

En temps de confinement, la plus grande difficulté a été de ne pas pouvoir faire des rencontres de terrain. Nous avons organisé des ateliers en visio, mais tout le monde n’a pas cette facilité d’accès au numérique, on se rend compte que ça exclut de nombreux habitants. Heureusement avec l’assouplissement des mesures, et la confiance des maisons de quartier, nous avons réalisé des sessions de travail en présentiel. L’autre difficulté majeure est d’arriver à comprendre comment fonctionne une collectivité pour pouvoir s’y impliquer.

☁️ Un souvenir  ?

Les meilleurs moments sont les temps de convivialité et d’intelligence collective car ils créent une ambiance de travail bienveillante, une alchimie entre les personnes et permettent de briser la glace très facilement. Parmi eux, il y a par exemple les soutenances publiques de chaque promotion et les workshops.

.

AU COEUR DU PROJET

.

👊 Un slogan ?

Au sein d’un modèle holacratique,

Créer pour faire émerger collectivement des projets in-situ,

Et où les compétences de chacun seront reconnues,

Oser les idées, la poésie et l’absurde,

Rester humble, bienveillant et partageur,

Ainsi soit la philosophie d’un acteur du Strate Action Sociale !

⚡️ Quels sont les débouchés ?

En ce qui concerne les designers, ils peuvent notamment rejoindre le secteur de l’innovation sociale, intégrer une collectivité ou une agence, avec une véritable expérience de terrain à faire valoir. Pour les non-designers, cela dépend de leur profil. Parmi les anciens, le cursus leur a permis de se réaligner sur leurs valeurs et de gagner en confiance. Certains sont ainsi devenus conseiller en économie circulaire, ingénieur pédagogique en développement durable et responsabilité sociétale ou encore consultante en innovation.

⚡️ Un conseil pour ceux qui souhaitent postuler ?

Pour postuler, il faut être titulaire d’un bac+2 ou avoir 2 ans d’expérience et remplir un dossier de candidature qui est à retirer sur le site internet de Strate. Il faut y inclure une lettre de motivation expliquant « pourquoi je pense être un acteur de l’innovation sociale ? », les designers y ajoutent un Book de leurs travaux, les autres une lettre expliquant leurs expériences. Le dossier est ensuite complété par un entretien (S’inscrire)

Laissez un commentaire