Je m'inspire

Articles, interviews et portraits d'acteurs publics inspirants

Qualité de vie au travail QVT

« La qualité de vie au travail, c’est l’affaire de tous. »

Hervé Maillot est chargé de mission recrutement et référent QVT au rectorat de Besançon. Nous sommes allés à sa rencontre pour vous faire découvrir le nouveau plan Qualité de vie au travail (QVT) de l’académie et sa vision du service public de l’éducation. 

 .

LA QUALITÉ DE VIE AU TRAVAIL AU SEIN DE L’ACADÉMIE DE BESANÇON

 .

⚡️Le plan Qualité de vie au travail (QVT) en quelques mots ? 

Le plan QVT est une des 22 actions de la “feuille de route pour les ressources humaines” de l’académie de Besançon, issue du Grenelle de l’éducation. Cette feuille de route renouvelle la manière de concevoir l’ensemble des politiques RH et des relations employeurs-employés. Nous souhaitons que ce plan QVT soit la traduction concrète et opérationnelle d’une vision plus partagée et inclusive de la qualité de vie au travail, pour tous et pour toutes. Il  se déploie sur trois ans et est structuré autour de  quatre axes : 

– Le partage au quotidien d’une culture commune de la qualité de vie au travail 

– Le développement de relations de travail inclusives et bienveillantes 

– L’accompagnement des personnels

– La valorisation et la reconnaissance du travail

🔎  Comment a-t-il été créé ? 

Dès le départ, la volonté du secrétariat général a été que ce plan soit élaboré de manière participative. Il ne pouvait pas résulter d’une démarche descendante. Il fallait créer les conditions qui permettent aux agents de s’emparer du sujet et de participer à l’élaboration du plan. Le secrétariat général a donc lancé un appel à volontaires à destination des 23 500 agents de l’académie et une cinquantaine d’entre eux se sont positionnés sur ce projet. Il reflètent bien la diversité de nos métiers et fonctions au sein de l’académie : enseignants, personnels administratifs, dans les services administratifs et dans les écoles et établissements scolaires, etc.  Entre janvier et avril 2022, les volontaires, répartis en 4 groupes de travail, se sont emparés des 4 axes. Le plan achevé consiste en 20 propositions d’action.

👉 Les grands enjeux ?

Nous souhaitons faire de la QVT une question culturelle et un marqueur de notre identité professionnelle. Ce plan adresse deux enjeux transversaux aux 4 axes travaillés.  D’une part, celui de la communication interne : mieux informer les personnels pour permettre à chacun de situer son action dans l’organisation globale, en explicitant régulièrement les liens, les cohérences, les convergences entre les différents projets RH. Et d’autre part l’organisation du travail : faire évoluer nos modalités d’organisation, de fonctionnement, pour une meilleure QVT.

Nous souhaitons faire de la QVT une question culturelle et un marqueur de notre identité professionnelle. 

La QVT c’est l’affaire de tous. Nous sommes tous des producteurs et des bénéficiaires de QVT, mais selon nos positions dans l’organisation, nous n’avons pas tous les mêmes responsabilités et le même impact dans le développement et la préservation de cette QVT.

🎯 Le défi que vous vous êtes lancé ?

Le premier défi était celui de la participation. Nous ne savions pas combien nous aurions de réponses positives à notre appel à volontaires. L’autre défi est de s’assurer que les actions conçues parlent au plus grand nombre. Place à sa mise en œuvre concrète. Celle-ci va demander d’être innovant, de trouver les bonnes manières de le déployer, de le faire vivre, d’embarquer le plus grand nombre et d’évaluer ses effets.  

▶️ Comment impulser une dynamique de changement ?

D’abord par un récit, en identifiant et partageant les valeurs qui fédèrent autour d’un l’objectif et qui suscitent l’envie de se mettre collectivement en mouvement. Puis, par une dynamique de changement qui passe par des petits pas, par l’atteinte de premières réussites que l’on puisse faire connaître. Par une mise à jour de nos références, parfois implicites, qui nous engagent à élever nos standards en matière de bien-être au travail. Par la formation des encadrants, qui jouent un rôle central aux pratiques managériales porteuses de QVT.

💪 Les obstacles à relever ?

La QVT doit être l’affaire de tous. Chacun, à son niveau, peut être soit auteur et acteur dans ce plan d’action. 

La QVT doit être l’affaire de tous. Chacun, à son niveau, peut être soit auteur ou acteur dans ce plan d’action

Dès que nous bougeons des lignes à travers des processus d’évolution des environnements socio-techniques ou des pratiques relationnelles, nous nous retrouvons face à des résistances au changement. Personne n’est contre la QVT, mais il importe d’accompagner les changements de repères, de valoriser les changements positifs, de rendre visible les gains. D’autant plus que qualité de vie au travail et qualité du travail sont intimement liés.

🚀 Les prochaines étapes ?

Former l’équipe en charge du déploiement et de l’évaluation du plan. Y réunir des compétences en ingénierie de formation, en conduite du changement, en animation de collectifs de travail, en communication, etc. Et se doter d’un calendrier de travail et d’outils d’évaluation.

 .

SA VISION DU SERVICE PUBLIC DE L’EDUCATION

 .

☁️ Une réussite dont vous êtes fier ?

Je suis fier d’avoir contribué à donner à ce plan et à sa dynamique une dimension culturelle : nous ne sommes pas dans la mise en œuvre de dispositifs et l’application de circulaires administratives. Le plan assume sa dimension expérimentale et son caractère non injonctif. Le pari fait impulser une dynamique positive, cohésive et inclusive, source de satisfactions individuelles et collectives. 

🌟 Un souhait pour le secteur de l’éducation de demain ?

Nous devons réaffirmer le sens et la beauté de la mission du service public de l’éducation. Dans de nombreux secteurs d’activité, il y a une réelle méconnaissance de la diversité de nos métiers. Nous nous devons de rendre notre académie plus visible, comme premier employeur de notre région, un employeur de proximité, du fait de ses 1300 implantations dans le territoire. Nous devons susciter l’envie de la rejoindre, avec authenticité et sincérité quant à la réalité de nos métiers.

Nous devons réaffirmer le sens et la beauté de la mission du service public de l’éducation. 

L’éducation de la jeunesse est un enjeu sociétal, civilisationnel et démocratique central. C’est pourquoi il est très important de maintenir et célébrer l’école au milieu de la cité. Nous avons besoin de professionnels chercheurs de sens, de personnes engagées qui veulent aligner leurs valeurs personnelles à leurs valeurs professionnelles. Un nombre croissant de jeunes diplômés s’interrogent sur leur avenir professionnel, sur le sens de leur action, sur leur utilité sociale. Nous devons être en mesure de leur apporter des réponses et de leur offrir des opportunités.

 .

Vous souhaitez vous engager dans un métier qui donne du sens à votre carrière ? Retrouvez sur cette plateforme les nombreuses offres d’emploi et opportunités proposées par l’académie : rejoignez une académie durablement engagée

Article réalisé en partenariat avec l’académie de Besançon.

 .

 

Laissez un commentaire